> Croisière Sénégal

Croisière Sénégal

Population : Le Sénégal compte 13 millions d’habitants. Avec un taux de croissance démographique annuel de plus de 2%, le pays connaît un fort taux de population jeune dont les moins de 25 ans représentent près de la moitié du nombre établi. Les ethnies Wolofs constituent près de 40% des habitants. Ils se concentrent dans les régions centrales, au nord et dans les villes phares du littoral, comme à Dakar. Parlant également la langue wolof, les ethnies Lébous peuplent le territoire de la presqu’île du Cap-Vert. À l’origine de la propagation de l’Islam au Sénégal, les peuples Pulaar sont composés des trois ethnies minoritaires en l’occurrence les Foulbés, les Peuls et les Toucouleurs. Restés attachés aux traditions, ils vivent essentiellement du commerce, de l’élevage et de l’agriculture. Ils occupent une part belle de la grande vallée du Sénégal où les terres sont abondantes et fertiles. Les ethnies les moins nombreuses comme les Diolas, les Sérères, les Mandingues et les Soninkés comptent par dizaines de milliers. Ils habitent la vannée de Sine-Saloum, la Petite Côte, la Casamance et les forêts reculées du Niokolo-Koba à la frontière guinéenne.

Religion : Au Sénégal, l’islamisation date du 11e siècle, époque de la colonisation des Almoravides. Aujourd’hui, l’on dénombre plus de 94% musulmans répartis sur l’ensemble du territoire. Le très faible nombre de chrétiens s’explique par l’arrivée tardive de cette religion au pays. Désormais, les catholiques sont majoritaires et représentent près de 2% de la population totale. Les rites et les croyances tiennent ancestrales tiennent une place de choix dans le cœur des habitants. Nombreux pratiquent les rituels de l’animisme principalement dans le Sud-est sénégalais.

Histoire : Jusqu’à ce jour, aucune trace écrite n’explique réellement les origines du peuplement du Sénégal. Son histoire riche et passionnante est tout simplement fondée sur les légendes et les découvertes archéologiques effectuées par les chercheurs au cours les siècles successifs. D’après les récits des différents historiens, Saloum constitue la plus vieille région du Sénégal. Elle aurait abrité les tribus wolofs dans ces fascinants mégalithes au 14e siècle. Le royaume originel sénégalais aurait disparu vers l’an 1550 selon les écrits laissés par les navigateurs portugais ayant répertorié le pays. L’instabilité des peuples successifs a contribué au renforcement de la colonisation portugaise dans toutes les régions du Sénégal. L’invasion des Portugais aurait commencé en 1456 lorsque le commandant vénitien Molto débarque sur le littoral capverdien. Parallèlement à l’avènement de ces troupes, quelques navigateurs hollandais sont déjà en poste sur l’île de Gorée où ils construisent plusieurs forts pour se protéger des invasions européennes.
Véritable comptoir commercial du Sénégal, Saint Louis attise la convoitise des Européens pour sa situation stratégique, à l’embouchure du fleuve Sénégal. Saint-Louis devient la terre de prédilection des Anglais et des Français qui tentent successivement de s’y installer vers les années 1670. En 1677, le Sénégal devient propriété à part entière des Français. Ils annexent l’île de Gorée et l’île de Ndar pour ensuite propager leur souveraineté sur le continent. Les colons français exploitent aisément la gomme et l’arachide pour une exportation dans divers pays de L’Europe. La révolution des indigènes commence dès 1850, avec notamment de violentes attaques contre les troupes françaises à l’intérieur des terres. Les peuples maures et Toucouleurs organisent de violentes répressions sous l’égide de leur chef de clan commun ElHadji Omar. D’autres précurseurs viendront par la suite s’ajouter sur une longue liste.Soucieux de conserver leur souveraineté, les Français créent un corps de soldats sénégalais qui est rattaché à l’Infanterie de la marine française. Ils sont envoyés en expédition au nord du Sénégal pour combattre les rebelles indigènes. Le Sénégal est ensuite intégré dans la Fédération du Mali, et ce jusqu’en 1960, année de la proclamation de l’indépendance sénégalaise.

Les villes principales : Plus de 2 millions d’habitants vivent à Dakar, capitale bigarrée du Sénégal. Pôle politique et culturel du pays, elle séduit d’emblée par son grand port moderne, point de chute d’un séjour à Dakar. Dans la partie du chantier naval comme au port maritime de Mali, les promenades croisent boutiques, restaurants et constructions modernes à l’instar de la grande Porte du Millénaire, une merveille architecturale.
À 70 kilomètres à l’est de Dakar, la ville de Thiès possède son lot d’endroits authentiques où ponctuer un voyage au Sénégal. Créée par les colons français vers le début des années 1900, elle conserve merveilleusement ses constructions originelles comme la maison de la Manufacture des Arts décoratifs, une ancienne demeure coloniale abritant aujourd’hui une exposition permanente des œuvres d’artistes sénégalais.

Quand partir ? : La période idéale pour le tourisme au Sénégal est comprise entre novembre et mai. Correspondant à la saison sèche, ces mois de l’année profitent d’une température ensoleillée comprise oscillant entre 22 et 30 °C.

Modalités de départ : Les ressortissants de l’Union européenne et des pays limitrophes du pays n’ont pas besoin de visa pour visiter le Sénégal. Le passeport en cours de validité est obligatoire.



Toutes les croisières Afrique

Toutes nos croisières Sénégal

Ok
Offre Special

Pour vous aider à preparer votre voyage, vous pouvez contacter notre service clientèle au

04 20 10 10 68

Lun-ven de 8 à 23h, Sam de 9 à 23h, Dim de 10 à 23h