Croisière Aruba

Population : Joyau des petites Antilles, l’île d’Aruba accueille ses visiteurs dans le charmant cadre naturel des Caraïbes. À quelques encablures au nord du Venezuela, l’île et ses 120 000 habitants présentent un melting-pot culturel exceptionnel. La diversité ethnique sur le territoire constitue un patrimoine à part entière. Selon les estimations, les habitants sont issus de plus de 40 pays différents, avec en première liste les Anglais et les Vénézuéliens. Indiens, Africains et autres Américains d’origine immigrent à Aruba depuis peu, attirés par l’essor économique de l’île et le mode de vie paisible. Les Turques arrivés sur l’île depuis 1990 ont largement contribué à l’expansion de l’industrie pétrolière. Depuis cette époque, des milliers d’ouvriers sont restés et ont fondé une famille. Les statistiques révèlent par ailleurs un très important taux de population masculine. Les études démontrent qu’il y aurait une seule femme pour trois hommes. Sur les deux tiers des insulaires de souche, les Indiens arawaks occupent une part belle du territoire. Certains sont nés de lignées espagnoles et néerlandaises.

Religion : Embrassé par moins de 3% de la population, le protestantisme est réservé à l’élite traditionnelle. Plus de 90% de la population est catholique. L’histoire du catholicisme remonte au 18e siècle. La première église fut construite en l’an 1750. Le protestantisme est survenu bien des années plus tard avec l’installation des luthériens sur l’île en 1822. Avec le fort taux d’immigration observé au début du 20e siècle, d’autres confessions religieuses sont apparues. Les sectes évangéliques, les méthodistes et les témoins de Jéhovah composent en moyenne 2% de la population. D’autres petites communautés adventistes, anglicanes, juives ou musulmanes se retrouvent également sur le territoire.

Histoire : L’île d’Aruba est une ancienne terre des Antilles néerlandaises. Depuis sa scission en 1986, elle fait partie intégrante de l’État du Royaume des Pays-Bas. Son peuplement remonte en l’an 1000 lorsque les Amérindiens caiquetios originaires du Venezuela y élisent domicile. Au 15e siècle, le navigateur espagnol Ojeda répertorie Aruba. Depuis lors, les côtes sauvages deviennent le repaire de pirates et des chasseurs de bœufs espagnols. L’île est alors entièrement sous annexion espagnole. D’immenses fermes et ranchs sont construits par la même occasion. Le bétail était essentiellement constitué de moutons, de chèvres et de porcs. Les Arubais, principalement amérindiens à l’époque, étaient autorisés à élever leur propre cheptel. Restés ancrés aux us et coutumes, la majorité des descendants d’Amérindiens entretiennent encore aujourd’hui leurs patrimoines de façon traditionnelle.
Aruba est respectivement colonie espagnole puis néerlandaise. Les Pays-Bas annexent l’île en l’an 1636. Au cours des différentes périodes de son histoire, elle change de statut à deux reprises. Aruba est successivement fédération de la Compagnie néerlandaise des Indes occidentales, propriété de la Guyane hollandaise et île des Antilles néerlandaises. Le 1er janvier 1986, son autonomie est proclamée officiellement. L’île d’Aruba devient une entité du royaume des Pays-Bas.

Les villes principales : Typiquement hollandaise avec ses innombrables moulins à vent et ses grandes maisons à pignons, Oranjestad est sans doute la capitale la plus dynamique des îles de l’archipel. Érigée à partir du fort Zoutman en 1796, la cité est aujourd’hui desservie par l’aéroport international Reine Beatrix. Les amoureux de balades en mer peuvent envisager d’y accéder par bateau au départ des îles principales des Antilles néerlandaises. Riche de nombreux musées, Oranjestad est une escale culturelle de premier choix. Pour visiter Aruba dans les règles de l’art, l’exploration du musée d’Antiquités Rococo Plaza, du musée Numismatique et du musée historique d’Oranjestad est vivement conseillée. Les vestiges archéologiques comme les trois fameuses cavernes Guadirikiri, Fontein et Huliba sont d’autres sites immanquables et fleurons du tourisme à Aruba. Comptant parmi les plus importants monuments religieux du royaume des Pays-Bas, les églises du Nord, la cathédrale Santa Ana et la chapelle Alto Vista sont les endroits à ne pas manquer.
Aux confins orientaux de l’île, la ville de Sint Nicolaas est une merveilleuse destination vacances pour les amateurs de dépaysement. 19 kilomètres de route la séparent d’Oranjestad, la capitale. La plus ancienne raffinerie pétrolière dirigée par les Turques constitue une attraction d’importance majeure à ne pas manquer si l’on souhaite se familiariser davantage avec l’histoire de l’île. Construite en 1924, l’usine vient de rouvrir ses portes. Sint Nicolaas abrite plusieurs hôtels de charme où l’on accède à tout le confort recherché pour réussir les vacances. Le port de Barcadera mérite aussi amplement le détour.

Quand partir ? : Entre les mois de décembre et avril, le climat tropical sec d’Aruba permet de programmer des randonnées au grand air à sa guise. Correspondant à l’intersaison, cette période de l’année enregistre des températures plus fraîches, mais un soleil toujours présent. La température moyenne annuelle est enregistrée à 27°C.

Modalités de départ : Les ressortissants européens n’ont pas besoin de visa pour les séjours touristiques et d’affaires à Aruba de moins de 90 jours. Une carte de séjour est délivrée dès l’arrivée à l’aéroport. La possession d’un passeport en cours de validité est cependant obligatoire.



Tour du monde en croisière

Croisières Aruba en promo

Toutes nos croisières Aruba

Ok
Offre Special

Pour vous aider à preparer votre voyage, vous pouvez contacter notre service clientèle au

04 20 10 10 68

Lun-ven de 8 à 23h, Sam de 9 à 23h, Dim de 10 à 23h